mysql_connect=Resource id #1 - Erreur=
mysql_select_db=1 - Erreur=

Array
Aujourd'hui au Royal
Programme par semaines
Horaires 5 semaines
Soirées
Prochainement
Entrée libre
Entre nous
Nous trouver
S'inscrire à la
mailing-list
 
120 battements par minute
Français (2017) Drame 2h20
Drame
Date de sortie : 17/08/2017 .
de Robin Campillo avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel.

Jeu 17 à 20h30 Avant-première
SYNOPSIS :
Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.
COMMENTAIRE :
Robin Campillo raconte : “J'ai rejoint Act Up en avril 1992. C’est à dire 10 ans après le début de l’épidémie. En tant que gay, j’avais vécu les années 80 assez difficilement dans la peur de la maladie. Au début des années 90, je tombe sur une interview télévisée de Didier Lestrade, l'un des fondateurs de l'association. Il y parle de “communauté sida” composée, selon lui, des malades, de leurs proches et du personnel médical qui affrontent cette épidémie dans une forme d’indifférence de la société. Ce discours rompait un silence qui avait duré presque dix ans. C’est à ce moment-là que je décide de rentrer à Act Up. Dès ma première réunion, j'ai été stupéfait par l’espèce de jubilation du groupe, alors que nous vivions les années les plus dures de l'épidémie. La parole était libérée. Les gays qui pendant les années 80 avaient subi l'épidémie, devenaient, collectivement et publiquement, les acteurs de la lutte. Et avec eux d’autres personnes touchées par le sida qui pouvaient penser l’épidémie depuis leur expérience personnelle d'usager de drogues, d'ancien prisonnier, d'hémophile, etc. Ils s'étaient formés à la maladie, à la technicité des discours médicaux et politiques, dans un travail collectif d'empowerment. Mais Act Up, c'était surtout des personnalités très fortes qui auraient eu peu de raisons de se rencontrer dans d’autres circonstances. La force du groupe venait sans doute de l’électricité qui existait entre des personnes qui apprenaient à forger un discours commun malgré leurs différends. À Act Up, j'ai été un militant de base, mais assez actif. Je participais à la commission médicale mais j'ai surtout fait beaucoup d'actions, dont certaines ont inspiré le film. Il faut bien comprendre qu'à l'époque, l'idée même de parler de préservatif dans les lycées ou de plaider pour l'échange des seringues chez les usagers de drogues n'allait pas de soi. L'homophobie était encore presque une norme. On l'a oublié : quand une société évolue, comme elle l'a fait depuis, elle développe une sorte d'amnésie sur ce qui l'a précédée.”
NOTE :
Tout public
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.
 
 
Cinéma Le Royal, 8, avenue Foch 64200 Biarritz Tel : 05 59 24 45 62 Fax : 05 59 22 33 67 cinema-biarritz@numericable.fr